Malisante.net
Image default
Maman et Bébé

La tokophobie ou peur panique de l’accouchement

Toutes les femmes angoissent à un moment donné ou à un autre en pensant à l’accouchement. Mais quand cette angoisse se transforme en véritable phobie, allant même jusqu’au refus de tomber enceinte pour éviter d’accoucher, on parle de tokophobie. MaliSanté revient sur ce trouble peu connu.

La tokophobie, c’est quoi ?

Ce trouble se définit par une peur panique de l’accouchement, une angoisse irraisonnée et incontrôlable de la maman face à l’accouchement.

Il existe 3 grands types de tokophobie :

– La tokophobie primaire qui survient avant le premier accouchement.

– La tokophobie secondaire qui apparait suite à un accouchement difficile où la future maman à cru mourir ou à cru que son bébé allait mourir. Souvent il s’agit d’accouchement pendant lesquels les douleurs ont été intenses, avec des instruments ou une épisiotomie.

– La tokophobie tertiaire, sous forme de dépression prénatale : dans ce cas, les femmes sont persuadées qu’elles n’arriveront pas à accoucher, voire même qu’elles en mourront.

Les conséquences de ce trouble

Dans les cas extrêmes, la tokophobie peut mener les femmes au refus de tomber enceinte les poussant à avoir recours à des IVG, même lorsque l’enfant était désiré.

D’autres femmes préfèreront avoir recours à des méthodes de stérilisation définitives ou utiliser plusieurs méthodes de contraception en même temps pour être sûres de ne pas tomber enceinte.

Si ces femmes sont quand même enceintes, beaucoup voudront programmer une césarienne pour éviter d’accoucher voie basse. Si l’équipe médicale refuse de donner suite à leur souhait, elles risquent de sombrer dans une dépression et de faire des crises d’angoisses incontrôlables.

Comment remédier à cette tokophobie ?

En premier lieu, les femmes atteintes de ce trouble ne doivent pas hésiter à en parler au personnel qui les suit. Une psychothérapie qui les aidera à parler de leurs angoissent sera une solution pour les aider à surmonter leur craintes.

Les médecines douces peuvent aussi aider à surmonter les angoisses, notamment l’homéopathie ou les fleurs de bach. La préparation à la naissance peut aussi être un grand soutient et permettre à la femme enceinte de se sentir entourer, de poser les questions qui la terrifie. La méthode de préparation à la naissance par yoga peut s’avérer très utile dans ce cas.

Autres articles à lire

Le hoquet de bébé

administrateur

Préparer son corps à l’accouchement 

administrateur

Enceinte et alitée

administrateur

Le jour de l’accouchement

administrateur

La plagiocéphalie ou le syndrome « tête plate » de bébé

administrateur

31 semaines de grossesse, 33 semaines d’aménorrhée

administrateur