Malisante.net
Image default
Maman et Bébé

La hauteur utérine, c’est quoi ?

Tous les mois, dès le 3ème mois de grossesse vous vous rendez auprès du praticien qui vous suit pour vérifier que tout va bien. Pendant cette consultation, on vous pèse, on écoute bébé, on prescrit vos examens et on vous mesure le ventre : c’est ce que l’on appelle la hauteur utérine. A quoi cela correspond ?

La hauteur utérine, définition

La hauteur utérine correspond à la taille de votre utérus. Cela permet de vérifier la bonne évolution de la taille de votre utérus et donc de donner un repère concernant la croissance de bébé.

Comment mesure-t-on la hauteur utérine ?

La hauteur utérine se mesure à l’aide d’un mètre ruban que l’on place du fond utérin à la symphyse pubienne. Cet examen est réalisé tous les mois, de préférence par la même personne (chacun a sa « propre manière » de réaliser cette mesure, le résultat sera donc plus facilement analysable si il est réalisé par la même personne).

Pour une mesure plus précise il convient de prendre la hauteur utérine chez une patiente vessie vide, allongée, les bras le long du corps.

Quelles sont les mesures ?

Une règle simple existe pour calculer la hauteur utérine : du 4ème au 7ème mois de grossesse on fait : mois de grossesse x 4, au-delà on fait : mois de grossesse x 4 – 2cm.

– A 1 mois : taille d’une clémentine

– A 2 mois : taille d’une orange

– A 3 mois : taille d’un pamplemousse

– A 4 mois : 16 cm

– A 5 mois : 20 cm

– A 6 mois : 24 cm

– A 7 mois : 28 cm

– A 8 mois : 30 cm

– A 9 mois : entre 32 et 34 cm

Les anomalies de hauteur utérine

Si une hauteur utérine stagne et devient insuffisante par rapport au terme de la grossesse, il faudra envisager un oligoamnios (une quantité de liquide amniotique insuffisante) ou un retard de croissance in utéro.

A l’inverse si une hauteur utérine est excessive, on envisagera un hydramnios (quantité de liquide amniotique en excès), une macrosomie fœtale, un diabète gestationnel ou une grossesse multiple.

Dans tous les cas, des examens complémentaires et un suivi plus rapproché seront mis en place. En fonction de l’origine du trouble, la surveillance et la prise en charge de la patiente sera adaptée.

Autres articles à lire

La tokophobie ou peur panique de l’accouchement

administrateur

Votre opticien peut-il vous prescrire des lunettes ?

Emmanuel

Quel thermomètre pour bébé ?

administrateur

L’hématome rétro-placentaire

administrateur

Les échographies 3D

administrateur

L’entretient prénatal précoce des futures mamans

administrateur